Blog


 Filtré par le mot-clé Sénégal

De Dakar à Kidira

Avant-propos : notre traversée Ouest-Est du Sénégal, de Dakar à Kidira, a duré une quarantaine de jours. Elle a été, à bien des égards, fatigante ! Et c’est avec la même fatigue que nous « bâclons » son récit. Nous espérons, cependant, qu’il saura retranscrire les instants forts.

En une demi-journée à peine, le 2 avril, on passe de la très bouillonnante Dakar à une brousse de baobabs et à des cultures maraîchères abondantes. Quel contraste, mais c’est la magie de la marche.

Le 4 avril, on débarque au village de Notto et surprise, on voit des hommes danser au son des tam-tams et grelots. C’est une fête sérère qui n’a lieu que tous les 4 ans. C’est la fête de la circoncision, où les jeunes d’une quinzaine d’années partent 3 mois dans la brousse, apprendre les secrets des esprits et à devenir adultes.

17 trucs de ouf au Sénégal

Voici 17 « trucs de ouf » que nous avons vécus au Sénégal.

Il y en a des positifs et d’autres négatifs, des légers et d’autres plus graves. Symboliques de notre traversée sénégalaise, n’en faites pourtant pas (systématiquement) des généralités.

Ils sont numérotés de 1 à 17, alors n’hésitez pas à indiquer vos préférences dans un commentaire !

  1. C’est ouf...
    Un commerçant dont le business est de capturer de petits oiseaux, puis de vendre leur libération.

  2. C’est ouf...
    Un camion à bétail qui roule à pleine vitesse sur une mauvaise route. Et un zigue qui fait des pirouettes, des cascades, perché sur les armatures de la benne, pour rejoindre son hamac tendu à l’arrière, au dessus du bétail.

  3. C’est ouf...
    Un « va nu pied » loqueteux, un vagabond à barbe hirsute, qui marche dans une région très chaude, le long de la route, portant deux baluchons et vêtu de guenilles, que l’on dépasse une fois, puis qui nous redépasse 200 kilomètres plus loin et dix jours plus tard. Qui est-ce ? Où va-t-il ? Pourquoi ?

P'tits dessins sénégalais

Voici une nouvelle série de 6 « p’tits dessins ». Ils nous viennent tout droit du Sénégal, en particulier de la brousse, et ont un quelque chose de mystique...

Voir la série complète des P’tits dessins sénégalais.

Ci-dessous, une sélection de 2 dessins.

Histoires noires du Sénégal

Voici six petites histoires romancées, qui sont toutes tirées de faits vécus pendant notre traversée sénégalaise. Elles sont noires, cyniques, négatives, etc. Mais, bien entendu et heureusement, de nombreuses choses, belles et positives, arrivent et s’épanouissent ici.

  1. Vendeur de vent
  2. Il croise un toubab et fait des yeux ronds
  3. Le grand Ngail de Saint-Louis
  4. Japonais voyageur
  5. Jeunesse perdue ?
  6. Dialogue de cons

Tristes talibés

Si tu te promènes à Dakar, dans ses quartiers populaires en particulier, tu ne peux pas les manquer. Car ils fourmillent, ils vagabondent partout, portant invariablement de petits seaux jaunes. Eux, ce sont les enfants talibés, les élèves des écoles coraniques.

Partout au Sénégal et à Dakar en particulier, ces écoles ont quelque chose de pourrie, de problématique, de dérangeant.

Escale à Dakar

Voici trois textes courts décrivant, chacun, une facette de notre escale à Dakar :

  • Mamadou Diawo
  • Transports en pagaille
  • Folie marchande

Carte postale sonore n°4

Voici, après un long silence, une quatrième carte postale sonore.
Elle évoque succinctement notre bonheur à marcher dans la brousse sèche et poussiéreuse...

C'est l'histoire d'un mec n°2

Bonjour, je m’appelle Khadi Sow et je vis à Lompoul-sur-mer. C’est un grand village, organisé autour d’une longue route de campagne, qui débouche sur un petit port, ses pirogues et son marché aux poissons. On est au bord de l’Atlantique, entre Saint-Louis et Dakar.

J’ai 24 ans, même si tu m’en donnes déjà 30. Ce doit-être le travail quotidien et mes nuits de 2 ou 3 heures qui me vieillissent un peu. Aussi, la précocité d’une vie de femme africaine.

De Saint-Louis à Dakar

Lundi 10 mars. Après cinq jours de repos et de premiers échanges sénégalais à la jolie Saint-Louis, nous piquons droit au sud en longeant le littoral, pour rejoindre la bouillonnante Dakar.

Première matinée, première halte à la réserve naturelle de Guembeul. Cette réserve, créée en 1983, est située à seulement 10 km de Saint-Louis. En son sein : des tortues Geochelone sulcata, des Oryx algazelles et des Gazelles dama, deux espèces de mammifère, respectivement, éteinte à l’état sauvage et en danger critique d’extinction.

C'est l'histoire d'un mec n°1

Avant propos : Ce témoignage, quelque peu romancé, a été capté en Mauritanie, sous une tente traditionnelle, à 30 km de la ville de Tiguent (région du Trarza). C’est celui de Salif Diao, sénégalais en bout d’exil, qui a tenté l’Eldorado européen, coûte que coûte.


Je suis Salif Diao, né en 1975 en Casamance, cette belle région du Sud-Sénégal. Je suis de l’ethnie peul, suis marié à Fatimatou et ai trois enfants (2 garçons et 1 fille).

Malgré les apparences – mon dos fourbu et mon visage grâve – , je n’ai que 38 ans. C’est que la dernière décennie m’a vieilli plus que de raison et a, probablement, réduit significativement mon espérance de vie. Combien d’années me donnes-tu encore à vivre ? Moi, je parierai sur une vingtaine, maximum.